Un monde à élever

« Tu es une femme à marier »… ça veut dire quoi ? C’est quoi être une femme à marier ? Selon beaucoup c’est une femme qui sait cuisiner. D’autres ajouteront à cette définition « une femme coquette, qui sait tenir une maison et qui s’occupe d’enfants ». C’est moi ou cette description n’est, au mieux, pas fidèle à l’image des femmes, au pire, réductrice ? Je vais parler en mon nom. PERSONNELLEMENT, quand je cuisine, teste, adapte et invente des recettes, je peux jurer que ma pensée première n’est pas « ohlala ! Mon futur mari aura trop de chance d’avoir une épouse qui cuisine bien ». Mon mari, si j’aspire à en avoir un, sera chanceux d’avoir une épouse comme moi, point. Ensuite, quand je cuisine, ma première pensée c’est « POPOPO !!! je vais me mettre biiiien !! ». La deuxième c’est « putain je suis fière ! J’ai hâte de faire goûter ça à mes proches ». La troisième c’est « faudrait peut-être que je monte mon business ». La pensée du mari est loiiiin !!

Je ne suis pas en train de dire qu’on doit se révolter et ne pas cuisiner quand on est mariées. Non ! Je suis en train de vous supplier de cesser de nous mettre dans des cases et de réduire, ou du moins limiter nos capacités, nos valeurs et nos ambitions.

Oui, beaucoup de femmes cuisinent et s’occupent d’enfants, d’autres n’aiment pas ou ne savent pas cuisiner et n’aiment pas ou ne veulent pas s’occuper d’enfants. Apparemment, elles ne seraient pas « bonnes à marier ». Personne n’est bonne à marier. Les gens se marient ou ne se marient pas, c’est tout. Il y a aussi ENORMEMENT d’hommes qui cuisinent, s’occupent bien d’un foyer et d’enfants ! Ce sont des hommes. C’est tout.

J’entends beaucoup dire « c’est pas à l’homme de faire ça ». Mais c’est à qui ? Quel homme se laissera mourir de faim ou vivra dans la crasse sous prétexte que c’est pas à l’homme de faire ça ? On n’épouse pas une cuisinière ou une femme de ménage sinon va falloir payer un salaire mensuel comme pour tout travail. On n’épouse pas non plus une mère. On épouse une femme qui PEUT-ETRE, par la suite, deviendra la mère DE LEURS ENFANTS et non pas celle de son époux. Il faut arrêter de penser que tout ce que nous entreprenons personnellement ou professionnellement c’est à but marital ! Nous avons aussi des projets, des ambitions, des missions qui parfois n’ont aucun rapport avec le couple, le mariage et la vie de famille. Il va falloir s’y faire et cesser de penser que la meilleure chose qu’on puisse souhaiter à une femme c’est le mariage et des enfants. On a un monde à tenir.

Ce que j’ai acquis pour moi hier et aujourd’hui c’est pour moi et peut-être que demain, je pourrais le PARTAGER, pas donner mais partager avec une tiers personne ou plusieurs ! Mes acquis ne changeront pas de destinataire mais d’autres pourront peut-être en bénéficier.

Je vais essayer de finir sur ça. Des fois, voire souvent, cette femme à qui on a dit qu’elle est « bonne à marier », on lui dit aussi « aucun homme ne voudra de toi » parce qu’elle parle. Donc, si je récapitule, une femme à marier c’est celle qui cuisine, s’occupe des tâches ménagères, et demain, de ses enfants et de son mari mais en plus se tait. Un jour, on m’a dit que j’étais brutale juste parce que j’avais refusé une idée et que j’exposais mon avis. C’est absurde. Combien de fois j’ai entendu qu’on ne devrait pas donner notre opinion quand il va à l’encontre de celui des hommes ou qu’une femme ne doit pas parler de sujets qu’ils considèrent indécents? Le PIRE, c’est que certaines remarques venaient également de certaines femmes de MA GENERATION (en tout cas, pas seulement de la génération de ma mère et ma grand-mère) ! Une jeune femme m’avait un jour dit que je devais me taire face à un homme, même si j’avais raison, pour ne pas provoquer sa colère. Je refuse. Je ne suis pas responsable de l’égo, du complexe d’infériorité ou bien de la toxicité de ces hommes. Alors, évidemment que je parlerai (surtout si j’ai raison) et si je dois faire face à cet égo masculin, j’y ferai face. Enfin bon, je parlerai de ce fameux « subiri », « roua », « licha tou » qu’on entend énormément dans la communauté comorienne/mahoraise dans un prochain article. En attendant, sortez-nous de ces cases parce qu’on a un monde à élever.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :